Tulipes du marché

DSC05787

Le soleil peine à percer, la chaleur ne parvient pas encore à nous inviter à rester dehors. Je repousse donc encore une fois la première tonte de pelouse (un de mes kiff quand il fait beau). Et je me console avec ce bouquet de tulipes acheté chez ma petite productrice de fleurs préférée sur le marché. Elles amènent un peu de chaleur dans la maison, en attendant les vrais beaux jours.

Teinture végétale

DSC05792 DSC05793DSC05799 DSC05823 DSC05824 DSC05825
DSC05828

DSC05822

DSC05826

DSC05813

DSC05804

DSC05805DSC05815DSC05801DSC05803DSC05809DSC05811DSC05818DSC05816DSC05789

Ce matin, la joyeuse équipe de l’atelier de couture est allée se perdre un peu plus dans la vallée de Chevreuse. Destination : l’antre d’Elodie Petel, teinturière. Le recyclage des vêtements étant le socle de notre cours du mercredi soir, il nous fallait poursuivre avec les pratiques de teintures réalisées à partir de végétaux récupérés une fois la soupe prête et autres plantes trouvées dans la forêt. Elodie nous a expliqué la façon dont on extrait la couleur d’une plante/écorce/feuille/racine, ce qu’on peut en faire (peinture ou teinture), les techniques de préparation ainsi que les procédés de macération. Parmi les tissus naturels à teindre, j’ai craqué pour le chanvre doublé de soie, absolument sublime, qui ne « prend » pas la couleur avec la même intensité de chaque côté. Elodie pratique également la laine feutrée et en fait des chapeaux, des bottes, ou encore des éléments décoratifs à coudre sur un vêtement. On peut encore frapper des feuilles sur un coupon et en fixer la trace grâce à une mixture spéciale. Un stage à la journée, au week-end, ou encore à la semaine est tout à fait possible, sur demande. J’ai hâte de teindre ma propre étole de soie avec des pelures d’oignons. Le comble du chic, isn’t it ?

Brocante de printemps

DSC05766

DSC05770

DSC05772

Ce dimanche doux et ensoleillé a sonné le début des brocantes, ici et là. Que de monde dans l’allée pour traquer la bonne affaire. Suis-je plus difficile ou alors le choix était-il moins alléchant ? Toujours est-il que je n’ai pas trouvé grand chose, ce matin, mais ne pouvais décemment pas repartir les mains vides. Cette jolie cloche en verre était parfaite(ment inutile) ! J’ai acheté en sus deux succulentes, pour remplacer celles que Panpan, alors en manque de printemps, avait croquées. Histoire de la mettre en scène, j’ai testé la recette de gâteau à la betterave tirée du très chouette livre Les nouveaux gâteaux au yaourt. Sur l’assiette vintage colorisée par Miss Stéphanie, alias Marie Lloyd, ma cloche était absolument parfaite !

Succulentes et terrarium

Ma passion pour les Succulentes, ces adorables petites plantes grasses, n’en finit pas. Après avoir mis en pot et disposé sur des plateaux la vingtaine de boutures reçues par la poste, je me suis amusée à recréer une ambiance « serre tropicale » dans cette magnifique maison en verre et métal que mon Amoureux m’a offert pour mon anniversaire. Il a complété cette collection par quelques boutures achetées sur Greenfactory, que j’ai disposées dans un grand terrarium, à la manière des jardins japonais. Quant à Miss Lloyd, elle a jeté son dévolu sur l’arbre en bocal sur lequel j’avais craqué. Mon étiquette « GreenGirl » n’est donc plus à démontrer, j’ai été couverte de plantes cette année.
J’adore, je crois même que j’en veux encore !

Plantes d’intérieur

J’ai ce modèle en tête depuis longtemps : une plante d’intérieur colorée, en coton, qui sert de porte-aiguilles ou de petite décoration. Deux modèles disponibles en boutique et, pour les plus habiles (niveau débutante, pas de panique), voici le tuto juste en-dessous.

On commence par découper un disque de coton, de diamètre 18 cm environ (pour un petit pot dont l’ouverture fait 6 cm). On surfile tout autour.

On glisse au centre du disque, sur l’envers du tissu, une poignée de rembourrage (kapok ou coton, en fonction de ce que vous avez sous la main).

On resserre le fil autour du kapok pour l’emprisonner ; on coud pour fermer. Quelques points suffisent.

La petite boule est prête, il suffit de la glisser dans le pot en la coinçant joliment. Pas la peine de la coller, comme ça quand le bouquet ne vous plaît plus, vous pouvez en changer.

Pour finir, quelques fleurs en feutrine, cousues avec une petite perle de rocaille, achèvent ce joli bouquet.
On y pique les aiguilles, on le pose sur le rebord d’une fenêtre, on peut même le coudre pour la fête des mères ! J’adore, je vais en mettre partout. Vous m’enverrez une photo des vôtres ?