La yourte dans la montagne : escale 2/2

DSC01005
DSC00999
DSC01001
DSC01002
DSC01003
DSC01013
DSC00997
Il a fallu monter, tourner, chercher encore pour finalement trouver la yourte, au sommet de la montagne, parmi les châtaigniers. Elle était aussi belle que je l’avais imaginée, le paysage en guise de vue, devant, en bonus absolu. Stéphanie, qui propose des Habitats insolites, nous a accueillis avec douceur et bienveillance autour d’un sirop de framboise/sureau/fraise des bois avant de nous laisser prendre nos aises dans cette grande chambre ronde et commune à tous les membres de la famille pour la nuit. Il y faisait tellement bon que nous y sommes restés jusqu’à l’heure du dîner. Thierry nous avait préparé un repas bio et végétarien, en grande partie avec les légumes de leur jardin : verrine de betteraves, salades aux graines et fleurs, courge butternut farcie de légumes et de riz cuits dans du lait de coco pour les parents / omelette aux herbes et frites pour les enfants // moelleux au chocolat et crème de châtaignes pour tous. Excellent ! Après avoir guetté les étoiles filantes, nous avons pu gagner nos lits, et malgré l’orage, nous sommes restés secs ! Avant de retourner à table pour un petit-déjeuner faits de produits frais et préparés maison. Nous serions bien restés plus longtemps pour découvrir le coin : certaines randonnées mènent à des cascades sauvages…

Les vacances : étape 2/3

DSC00994
Le peu de photo atteste du lâcher prise de la semaine : plage, glaces et quelques balades dans le joli Pays catalan, le programme n’était pas plus compliqué. Nous sommes revenus avec plaisir nous promener à Collioure, grimper jusqu’au fort Saint Elme, visiter le Château de Salses sans oublier le Palais des Rois de Majorque, à Perpignan. Un soir, les sardanes dansées dans le petit centre de Saint Laurent de la Salanque ont fini de me donner envie, vite, d’y retourner. Il y a encore quelques randonnées à faire dans le pays vallonné.

La cabane dans les arbres : escale 1/2

DSC00992
DSC00947
DSC00949
DSC00937
DSC00948
DSC00973
DSC00975
DSC00993
Entre le Pays basque et le Pays catalan, nous avons fait escale aux alentours de Carcassonne. J’ai trouvé assez facilement ce que j’avais en tête depuis longtemps : une cabane dans les arbres pour y dormir, le temps d’une nuit. Une nuit hors du temps, hors des sentiers battus. C’est donc aux Fumades que nous nous sommes rendus, par une chaude après-midi. La route devenait de plus en plus inaccessible, faisant place à des chemins perdus et étroits, au sommet d’une montagne surplombant Fournes-Cabardès : c’était bon signe ! Là, Valérie nous a accueillis et nous a menés dans cette cabane perdue au milieu d’une forêt de cèdres de l’Atlas. A 4 mètres du sol, une véritable maison de poupée : des lits, une petite table, un coin lavabo-Wc mais sans eau (!).  Sur la terrasse, des chaises longues pour écouter le calme absolu, le vent dans les arbres et regarder les étoiles. Au petit matin, un panier « petit-déjeuner » bien garni nous attendait, suspendu à une poulie. Nous avons attendu la dernière minute de la location pour repartir. Quelle expérience inoubliable !

Les vacances : étape 1/3

DSC00845
DSC00850
DSC00862
DSC00888
DSC00889
DSC00890
Les vacances, elles devenaient nécessaires : stress, irritabilité, cernes… je n’ai pas fait une énième cure de magnésium, mais ma valise ! Et la première étape était parfaite pour commencer : le Pays Basque. C’est le Pays de mes origines, de ma mère, de mes grands-parents, et j’y suis très attachée quand bien même je ne le connais pas assez. Depuis la disparition de mes grands-parents, ma mère loue chaque année une grande maison dans un village différent, et c’est là que toute la famille se retrouve. Doublement ressourçant. Cette année, destination Saint-Pée-sur-Nivelle. Proche de tous les endroits dans lesquels nous aimons revenir : Saint-Jean-de-Luz, Aïnhoa et Sara, Peyrehorade, l’Espagne. Au programme : randonnées, balades dans les villages à la recherche du meilleur gâteau basque, pintxos et cidre, parties de pala sur le fronton, juste à côté. Les cernes se sont déjà bien estompées, en une petite semaine à peine. Alors on poursuit plus à l’Est !

Le body à pois

20180714_195001 (1)
20180714_194703
20180714_194724
20180714_195424
20180714_195236
« C’est quoi, un body ? » – le Mec
« Un haut cousu à une culotte » – la Belette
« … » – le Mec
Assez dubitatif quant au concept, le Mec a tout de même accepté de prendre quelques photos du body en question (un peu hard, le soleil de fin de journée ^^). Le patron est extrait du Hors-série – Modes & Travaux – « spécial Lisa Gachet » datant de l’automne dernier. Un coupon + une culotte Petit Bateau qui traînaient par-là et hop ! Le mètre de croquet doré au fond de ma boîte à rubans a trouvé sa place, lui aussi, sur le pourtour des manches. J’ai vu un peu grand pour la taille… à refaire si je trouve le temps et le courage.

La jupe qui brille

DSC00814
DSC00817
DSC00819
DSC00821
DSC00825
Petite, j’avais une copine qui rêvait d’avoir une « jupe qui brille ». Je pense qu’à l’âge « adulte », ou tout du moins même lorsqu’on dépasse cet âge d’être un enfant, il est encore temps. J’avais acheté ce coupon chez mon Tissuspapi adoré sans vraiment savoir en quoi j’allais le transformer. Et puis le baptême de Miss Joséphine a été l’occasion rêvée : la jupe dorée était de rigueur ! J’ai évidemment repris le modèle de Vanessa Pouzet – on ne change pas un modèle qui gagne – tout en le raccourcissant un peu – pas assez de tissu… la faute à l’achat compulsif. Je suis toujours aussi mauvaise en fronces, on a donc du plissé – et je m’en sors assez bien, je dois l’avouer. Quant à la tenue du tissu, elle est top : ça fait une jupe qui se tient et qui brille. J’attends le prochain bal. Ou juste la prochaine envie de l’enfiler – non mais !

La robe de Joséphine

DSC00712 DSC00713 DSC00714 DSC00715 DSC00719
Dans la série « habits de babies » dans les coupons à la remise, il y a cette petite robe pour Joséphine. La patron est extrait du livre des Intemporels pour bébés qui propose des coupes assez classiques, à twister avec des tissus un peu plus fous. (La maman de) Joséphine ayant craqué sur le tissu japonais de ma robe, j’ai choisi de faire un package « robe + rubans de fleurs » à attacher dans les cheveux pour un total look hyper craquant ! La blondinette, en l’occurence, n’est autre que ma fille = mon mannequin préféré, qui joue le jeu pour la photo. Et qui ne porte jamais de bijoux de cheveux (mais là je me rends bien compte qu’elle devrait !). Je sais bien que ce cadeau 100% fait main ne durera pas très longtemps car la petite brunette en question va grandir, ne nous leurrons pas ; ceci étant, c’est le genre de cadeau qui, je l’espère, reste dans une boîte et que l’on ressort, plus tard… Bref, revenons à Joséphine, donc, puisque j’ai le plaisir et l’honneur de devenir bientôt sa Marraine. Il y a d’ailleurs de la déco dans l’air = à suivre !

La jupette pleine de trèfles

DSC00685
DSC00686
DSC00687
C’est fou tout ce qu’on peut coudre dans les chutes de tissus ! Et notamment des jupettes pour les mini-minettes d’à peine deux ans. Il me restait un coupon de tissu suite à la confection de ma combinaison. J’ai découpé une bande rectangulaire : ici, 30 de hauteur et 1 mètre de large + un élastique pour la taille. Quelques plissés, deux trois ourlets, et ma petite nièce ressemblait à une vraie ballerine <3

*repassage pas au top, faut dire que je gardais ce week-end la Petite et que le timing photo a été éclair ^^

La Robe japonisante

DSC00640
DSC00642
DSC00644
DSC00646
Ce tissu japonisant me faisait de l’oeil depuis longtemps. Repéré sur le site de Tissus Papi (encore lui !), je n’avais pourtant pas de patron en tête pour en acheter un coupon… et c’est en lisant le dernier Marie Claire idées que le patron vînt à moi : la petite robe dessinée par Aime comme Marie. C’est une robe fastoche qui se coupe et se coud en une après-midi à peine : très peu de pièces, explications (presque toujours) assez claires, peu de matériaux (tissu et thermocollant, quelques boutons). Je n’ai pas eu l’occasion de faire des photos de la robe portée (pas de lumière, pas de soleil, ça caillait limite cette après-midi) : elle est assez large sur les côtés, tombe au-dessus du genou, manches 3/4, bref, modèle qui se porte facilement, avec ou sans collants. Je sens que je vais m’en faire une collection !

La combinaison win-win

DSC00620
DSC00622
DSC00627
DSC00632
DSC00633
DSC00635

En vérité, elle s’appelle Petra, cette jolie combinaison. Et c’est un patron de Louis Antoinette. Mais avec tous ces trèfles, j’ai envie de croire qu’elle va me faire gagner à tous les coups ! Ça fait un moment que je veux coudre une combinaison, malgré les avis des copines – « c’est pas pratique ! » « et comment tu fais pour aller faire pipi ? » – auxquels j’ai envie de répondre que pour être un peu chic, on peut faire quelques efforts, non ? Bref, je me suis lancée sur ce modèle puis j’ai choisi ce tissu chez mon Tissuspapi adoré. J’ai déballé la machine que j’ai laissée en plan deux week-end d’affilée sur la grande table de la cuisine et TADAAAAM ! Assez contente du résultat : le printemps est là !