Réfection de sièges vintages

IMG_4478
IMG_4469
IMG_4467
IMG_4468
IMG_4470
L’objet du délit : un petit garçon qui s’assoit en position de fakir, quelque soit le siège qu’on lui présente. L’assise, cette fois, n’a pas résisté : le Skaï a éclaté (et je n’ai même pas crié ^^). Bref, il fallait réparer au plus vite ce joli siège vintage. Cela me semblait insurmontable, car je manie les ciseaux et les aiguilles sans (trop de) problème mais je n’ai pas mon diplôme en réfection de sièges. C’était sans compter sur l’alignement des planètes et des bonnes volontés. Grâce à Miss Célia, j’ai pu acheter au prix d’usine un grand coupon de faux cuir absolument parfait ; Miss Véro m’a prêtée son agrafeuse supersonique ; Mister O. et Pouchy ont patiemment défait les 500 agrafes qui maintenaient les deux galettes de Skaï… et j’ai joué à l’apprentie tapissière ! Tchac Tchac Tchac ! Pour ne pas dépareiller la paire de fauteuils, nous avons évidemment refait les deux, même celui qui était (pour le moment) intact. Et puis je poste ici parce que je suis fière de ce travail d’équipe et du résultat, assez valorisant (et trop confortable) !

Le bureau d’écolier

dsc08394dsc08381 dsc08383 dsc08385 dsc08386 dsc08388 dsc08389

Nous avions 7 et 8 ans, peut-être. L’univers du « travail de bureau » nous fascinait. Nous prenions des tas de petits documents à la Poste, des trucs qu’il fallait remplir avec nom, prénom, adresse. Et nous passions des après-midis entières à jouer à l’administration sur ce bureau, alors installé dans une pièce de la ferme, dans laquelle Mémé stockait des vieilles choses – paniers cassés, chaises estropiées, ficelle et sacs de grain. C’était l’été. C’était bien avant de choisir d’autres voies professionnelles, mais quelles parties de jeu studieuses ! Le petit bureau lui, est toujours là, sur pied, et prêt à prendre la relève auprès d’autres jeux d’enfants. Le plateau était quand même en bien mauvais état : il a fallu poncer et boucher les trous avec de la pâte à bois. La peinture à tableau noire a permis de cacher encore un peu les irrégularités du bois avant de faire l’objet, à son tour, de coups de craies colorées. Un coup de peinture sur la structure métallique – du rouge basque, bien sûr – et voici le bureau bressan de notre enfance prêt à revivre encore une fois dans le petit coin de Miss Aïnhoa.

Emmaüs et Moi

Cinq jours passés à la campagne, quatre jours de très très très beau temps, deux Emmaüs et autant de très jolies trouvailles… ça a enfin un goût de vraies vacances ! Ce tout petit siège fera quelques temps le bonheur de Miss Aïnhoa. Il a besoin d’un coup de ponçage et d’une couche de vernis mais j’avoue que j’ai craqué tout de suite sur son design si 40’s-50’s (au fait, de quelle décennie pourrait-il dater ? quelqu’un saurait-il me renseigner ?). Je me mets donc au bricolage ces jours en attendant la suite des vacances… Le plat à damier, c’était en bonus, j’en ai des tonnes et il m’en faut toujours et encore !

Dînette

Fruit d’une brocante l’année dernière (again), ce meuble de poupée années 50 a d’abord fait l’objet d’une remise en beauté : peintures, papier et vernis en fond et remise en état par un bricoleur chevronné. Oh merveille, je l’avais acheté rempli de jolie vaisselle un peu vieillotte mais assez rigolote, aussitôt nettoyée et lustrée. Puis il a fallu attendre que ma petite poupée à moi, ma douce Aïnhoa, ait quelques mois de plus pour pouvoir apprécier l’objet et son contenu. J’ai enfin trouvé un petit coin dans sa chambre pour lui installer l’ensemble ; elle a complètement craqué devant les tiroirs qui s’ouvrent et la vaisselle bien rangée. Je sais bien que la chose paraît bien futile, mais quel plaisir d’assister à ce joli spectacle après avoir construit tant de circuits pour mes deux garçons !

Je papillonne…

… quand il fait si beau, le week-end, mais d’autre travaille dur avec du matériel 100% récup’. Une table en bois chinée, une étrange mais néanmoins charmante assiette ciselée, de la peinture blanche et la magie opère entre les doigts de Joël. Des dizaines de papillons, avant de s’envoler vers d’autres horizons, ont laissé l’empreinte de leur passage sur le bois poli de la table. Petit bureau pour rêver, table d’appoint pour papillonner ou tout simplement oeuvre d’art à regarder les jours de cafard. Bonne nouvelle : elle est même en vente !