La Robe japonisante

DSC00640
DSC00642
DSC00644
DSC00646
Ce tissu japonisant me faisait de l’oeil depuis longtemps. Repéré sur le site de Tissus Papi (encore lui !), je n’avais pourtant pas de patron en tête pour en acheter un coupon… et c’est en lisant le dernier Marie Claire idées que le patron vînt à moi : la petite robe dessinée par Aime comme Marie. C’est une robe fastoche qui se coupe et se coud en une après-midi à peine : très peu de pièces, explications (presque toujours) assez claires, peu de matériaux (tissu et thermocollant, quelques boutons). Je n’ai pas eu l’occasion de faire des photos de la robe portée (pas de lumière, pas de soleil, ça caillait limite cette après-midi) : elle est assez large sur les côtés, tombe au-dessus du genou, manches 3/4, bref, modèle qui se porte facilement, avec ou sans collants. Je sens que je vais m’en faire une collection !

La combinaison win-win

DSC00620
DSC00622
DSC00627
DSC00632
DSC00633
DSC00635

En vérité, elle s’appelle Petra, cette jolie combinaison. Et c’est un patron de Louis Antoinette. Mais avec tous ces trèfles, j’ai envie de croire qu’elle va me faire gagner à tous les coups ! Ça fait un moment que je veux coudre une combinaison, malgré les avis des copines – « c’est pas pratique ! » « et comment tu fais pour aller faire pipi ? » – auxquels j’ai envie de répondre que pour être un peu chic, on peut faire quelques efforts, non ? Bref, je me suis lancée sur ce modèle puis j’ai choisi ce tissu chez mon Tissuspapi adoré. J’ai déballé la machine que j’ai laissée en plan deux week-end d’affilée sur la grande table de la cuisine et TADAAAAM ! Assez contente du résultat : le printemps est là !

Eole, un an déjà

DSC00609
DSC00610
DSC00613
DSC00614
Dans la série des babies encore tout petits mais bientôt grands, qui ont déjà un an : Eole, notre joli hispano-francès ! Quoi de plus pratique qu’un kit-valisette, pour cette occasion, dans lequel on glisse un vêtement « fait main » et un livre à lire tout seul. Le sarouel est extrait des Intemporels pour bébés, simplissime de réalisation, tissu de récup’ évidemment. La valisette servira à ranger quelques jouets, ou fera office de trousse de toilette pour le prochain voyage. Et comme ça, tout le monde est content !

Le Sac Toile de Jouy

DSC00563
DSC00564
DSC00567
DSC00570
Le soleil a tapé, ce dimanche, sur la Toile de Jouy orange. Epaisse, colorée, elle ne demandait qu’à devenir un peu plus voyante. Le coupon, pourtant, n’était pas bien grand. Juste assez pour devenir un sac, de la forme du « tote-bag » qu’on voit et qu’on trimballe partout. Extérieur & intérieur, lanière en supplément. Et une broderie, discrète, en fil doré : ça crie « PHILO ! » comme un appel au savoir. Parfait pour la Madre qui se pointe en amphi tous les mardis. Ses copines la verront arriver de loin.

Le (fameux) manteau rose

DSC00433 DSC00434 DSC00435 DSC00440 DSC00443 DSC00447
DSC00436
On a donc attendu le soleil pour mettre ce rose en valeur, et puis de soleil : trop, finalement ! On s’est dit qu’on allait sortir, donc, mais le jardin, en cette saison, n’est pas non plus au top de sa forme… Bref, on a quand même l’idée du manteau : long, lainage bien rose et doublure rétro – dénichés en ligne dans la boutique de Tissus Papi. C’est une forme de type imperméable, un peu large. Le patron est tiré du livre Couture Vintage qui propose une série de modèles vraiment jolis ; une fois dedans, par contre, gros bémol : les patrons sont en taille unique (un ancien 44), les explications sont truffées d’erreurs et assez succinctes. D’où la sensation de réussite totale, dans ces conditions ! J’ai même poussé le vice en ajoutant une petite parementure sur les pans avant du manteau. Quant aux boutons, ils sont recouverts de tissu doublure. C’est carrément du sur-mesure !

La veste Chanel de Dédée

DSC00418
DSC00419 DSC00420
Je déplore ce manque de temps, de soleil et ce problème d’alignement parfait des planètes pour photographier ce fameux manteaux rose – à peine montré sur Instagram pour dire, quand même, que j’en étais venue à bout ! Bref, ce sera fait ce we, je l’espère. En attendant, voici le gilet de berger – que dis-je ! la veste twistée Chanel – de Miss Andrée. Entièrement réversible et cousu dans les coupons de laine et de coton qu’il restait du manteau, ce gilet sans bouton est assez chic, je dois dire, et je suis certaine qu’il sera porté avec le flegme nécessaire par la Jolie Mannequin.

Les baluchons japonais

DSC00339
DSC00340
DSC00342
DSC00343
Après la série des bonnets – j’en ai encore un à vous montrer, mais on va changer de sujet cette fois ! – j’ai refait une série de baluchons japonais. Aussi appelés « Azuma bukuro », ces sacs étonnants sont faciles à coudre, à partir de deux longs rectangles de tissus. Il faut ensuite un peu de bon sens et l’esprit clair pour tout assembler dans l’ordre. Le choix des tissus est important puisqu’ils sont recto-verso. J’en ai profité pour ressortir et utiliser des coupons très colorés qui sont malheureusement trop petits pour réaliser des vêtements. Une fois terminés, on peut y glisser une boîte bento, des fruits, ou encore des petits objets. Ils se nouent ensuite par les pointes, qui devient alors une anse. L’esprit joli et pratique à la japonaise, j’adore ! Ils feront aussi et surtout double emploi à Noël : emballage cadeau et baluchon. Le cadeau parfait !

Les sachets à goûter japonais

IMG_4260
IMG_4263
IMG_4261
Exit les sacs en plastique ! Pour le goûter aussi, on veut du joli, du doux, du recyclable, surtout lorsqu’il s’agit d’y glisser des parts de cake ou des gros cookies faits maison. Ces coupons de tissu m’ont été rapportés par une magistrate-trotteuse qui est allée jusqu’au Japon, pays des jolies choses par définition. Le coton est épais et agréable au toucher ; les motifs originaux, délicats et amusants, comme savent si bien le faire les habitants du Soleil-Levant. Et puis quand c’est beau, c’est déjà bon. De quoi mettre en valeur, plus encore, cette heure sacrée du goûter.

Le Blouson Balenciaga

DSC00243 DSC00232 DSC00233 DSC00245 DSC00248

La machine à coudre a pris la poussière ces derniers temps mais c’était sans compter sur ce regain d’énergie ce we ! Deux coupons de tissus récupérés chez une amie + deux après-midis + mettre tout le reste de côté = le blouson Balenciaga again, en mode automne cette fois. J’avais ce lainage (vert/noir, pas hyper fun mais assez chaud) et cette doublure (hyper fun, carrément vintage) qui prenaient de la place dans mes étagères. Après avoir testé la version Bleu de travail et j’ai eu envie de refaire le modèle Balenciaga trouvé dans un numéro de Burda Vintage. L’avantage, une fois que les pièces de patron papier ont été coupées, et que le modèle a déjà été testé, c’est que ça va tout seul ! L’affaire était bouclée en quatre heures. Le pic d’euphorie au max. La classe en bonus !

Waaahhh, la jupe en Wax

DSC09870

DSC09874

DSC09872

Lorsque Miss Célia m’a parlé de coupons de wax à prix canon, j’ai tout de suite visualisé la jupe de l’été : colorée, à gros motifs, avec cette ampleur caractéristique à ce coton épais. Lorsque j’ai vu le motif, j’ai su que j’allais faire (encore) une jupe midi de chez Vanessa Pouzet. C’est la longueur idéale, la coupe parfaite… et juste la troisième que je couds dans ce modèle, autant dire qu’en une après-midi, c’était bouclé ! Petit bonus : le passepoil doré sous la ceinture.
Le soleil est là, je vais pouvoir tout de suite la porter.