Tawashis, mode d’emploi

DSC00086 DSC00089 DSC00090

Alors les Tawashis, késaco ? Ce sont de petites éponges que l’on tricote ou que l’on crochète. C’est, semble-t-il, une excellente alternative à l’éponge que l’on achète, d’autant que celles-ci passent en machine à laver sans problème. J’ai crocheté les miennes en tâtonnant, à partir de fil trapilho, ce gros fil en jersey de coton. Avec un crochet 15, j’ai monté une chaîne de 8 mailles, puis réalisé des mailles serrées en faisant une maille en l’air en début de chaque rang. Ceci sur 8 rangs. Une boucle pour accrocher l’éponge au crochet de l’évier, et le tour est joué ! Il faut ensuite s’habituer à délaisser l’autre éponge, et sur ce point, je n’ai pas encore beaucoup avancé ^^

Et le vieux sac devint neuf !

DSC07610

DSC07602 DSC07603DSC07608DSC07609

C’était un « vieux » sac en cuir gris, mais de taille parfaite : ni trop grand ni trop petit. Je l’ai retrouvé en rangeant mes affaires – Konmari style, on n’y échappe pas – et j’ai eu envie de lui donner une seconde vie. Un petit pot de peinture pour cuir, couleur argent, un pinceau brosse, et en une soirée, il a retrouvé le droit de sortir du placard. Exit petites taches et cuir abîmé, on ne voit plus que l’argent briller !

La Pochette canevas

DSC05500DSC05501

DSC05503

DSC05508

Après le délire robe et jupe, il me restait une bande assez large de mon grand canevas. C’était précisément ce qu’il me fallait pour coudre une pochette grand format, pour les 30 ans de Miss Cha. J’ai ajouté une doublure en Liberty dans les mêmes tons et laissé la bordure brute du canevas, imprimée « Les Biches ». « Où sont-elles ? », m’a demandé Aïnhoa. Sur le plastron de ma robe, il est vrai. Ce canevas aura fait de l’usage, comme dirait ma grand-mère. Heureusement, les vacances sont là et il y aura sûrement un petit Emmaüs à caler dans notre périple en Bresse.

Cappuccino au chaud

DSC05338 DSC05343 DSC05346 DSC05347

Profiter du week-end pour lire les (vieux) journaux en buvant des (grands) cappuccinos. Mais dans ces grands verres, le café brûlant n’est pas toujours facile à boire. Alors j’ai tricoté pour mon verre un couvre-tasse, repéré sur le blog de Weareknitters. Celui-ci est peut-être un peu trop haut, mais il garde et mon café et mes mains bien au chaud.

Box Mum&Baby #3

Jamais deux sans trois. Dans la Box d’Armand, on trouve un sac dans lequel on peut tout ranger et mettre les petites affaires pour changer bébé, un doudou « zanimaux » inspiré par la série de bestioles d’un Marie-Claire Idées, et une paire de boucles d’oreilles étoiles et colorées pour la Maman du nouveau-né. Armand, lui, vit du côté de Rouen et il me tâte d’aller voir sa bouille cet été.
La Box#3 est également en boutique !

Broderie et broches brodées

Parfois, les connexions sont étonnantes entre les gens et les moments.
Je m’explique. J’ai reçu de mon Amoureux une jolie broche signée Macon & Lesquoy qui rappelait déjà le coeur argenté brodé sur mon sweat. Et puis la semaine suivante, Miss Lloyd m’offre un livre sur les broches brodées, à faire soi-même cette fois. J’ai commencé par une tasse de café, vite accompagnée d’une tartine de brioche recouverte de confiture de framboises.
Prochain petit projet à broder : la cuisse de poulet. Mais ça c’est une autre histoire…

Bandeaux fleuris pour fillettes colorées

Ce n’est sûrement pas cette grisaille qui va nous faire perdre le goût des fleurs et de la couleur ! Miss Aïnhoa s’est gentiment transformée en petite Babouchka le temps de pauses photo pour mettre en valeur ces bandeaux cousus de fleurs de soie ou de coton vintage. Elastiques, ils s’enfilent vite, le matin, et retiennent les cheveux blonds de la Belle. De quoi égayer la cour de récré !

Soie japonaise et bandeau fleuri

Un joli bandeau cousu de fleurs en soie japonaise et de perles de rocaille pour nos mistinguettes, voilà qui nous changera un peu des accessoires Hello Kitty et compagnie. En élastique, il s’enfile vite, pratique, et reste une pièce unique. Parce qu’elles aussi, elles le valent bien, et que les jolies choses vont à tous âges. En boutique !

Le collier « Big-Boules »

Il m’arrive bien souvent d’acheter de la mercerie – rubans, perles, breloques, boutons, et j’en passe – sans vraiment savoir ce que je vais en faire. Je les garde précieusement (« entasse », dirait mon Amoureux) dans un coin de mes tiroirs, et puis un jour, je les retrouve et là, bing ! c’est le flash. Hier soir, je suis donc retombée un peu par hasard sur ces trois énormes perles en bois brut achetées dans une très jolie mercerie de Londres. La veille, j’avais rangé des coupons de tissus et mis de côté le lien qui fermait les molletons Petit Pan. Bing ! J’ai sorti mes tampons encreurs, l’encre dorée/argentée, et j’ai réalisé ce petit collier à méga perles en trois minutes. Peu d’effort, un peu d’effet, j’adore !
Il faut donc des grosses perles en bois, de l’encre et des tampons – ou alors des feutres, de la peinture, du vernis à ongles (on se lâche !) – et un joli lien en tissu – un biais Liberty peut être très joli. Du vernis incolore, éventuellement, pour bien finir le travail.
On encre le tampon que l’on passe ensuite délicatement sur les perles. C’est un peu délicat mais on a le droit de faire un peu n’importe quoi, dans la mesure où l’encre est bling-bling et va être jolie, dans tous les cas (l’effet brillant ne ressort pas du tout sur les photos, désolée). Pour les plus hardies, on dessine, on peint, on vernis.
Une fois que c’est sec, on passe le lien dans les perles. Si on compte mettre son collier sous la pluie, on passe un petit coup de vernis incolore sur les perles, ça protège un peu, quand même.
Et voilà, c’est le collier décontracté, unique et « c’est moi qui l’ai fait » !