Peace&Wool

 


Il ne s’agit pas d’un énième post météo mais j’avoue que cette année, le temps maussade me donne envie de m’y prendre tôt pour tricoter les accessoires de cet hiver. J’ai craqué pour les kits de Peace and Wool : de la magnifique laine française, de belles aiguilles en bambou, des petits tutos adorables, le tout dans un sac en toile qui sera parfait pour transporter les affaires de plage. Bref, Peace and Wool te donne l’impression que tricoter, c’est vraiment trop cool ! Ce que je prône depuis longtemps déjà… Me voilà donc à tricoter un énoooorme snood moelleux pour moi, viendront ensuite ceux des enfants, plus légers. Je suis sûre que je trouverai même à le porter cet été !

Fleur tricotée pour les soirées d’été

Les brusques changements de température de ces derniers jours m’ont donné envie de ressortir les aiguilles à tricoter. Un petit tour du côté des stands de laine à la pause déjeuner m’a fait craquer pour de nouvelles laines douces et légèrement pailletées. Quant aux (derniers) longs trajets de RER, ils ont été parfaits pour mettre le tout à exécution. Voici donc une broche fleur douce et moelleuse aux tons beige et muscade (dixit l’étiquette de la pelote). Décontractée et chic et déjà en boutique.

Douce fleur

Comme promis, voici un aperçu de cette fleur d’hiver, tricotée de douce laine et d’angora pour résister à tous les frimas. Quelques perles colorées pour le pistil et c’est ensuite sur n’importe quelle tenue qu’elle éclot. Ce froid d’hiver a quand même quelques avantages… celui de faire pousser des broches douillettes et colorées ! Celle-ci est pour le moment disponible et en vente ici.

A table !

Chère Madame Lloyd, comme promis, voici les petits légumes dont nous discutions autour d’une tasse de thé. Ils sont si doux que les enfants les aiment et si tendres qu’ils s’accrochent sans souci aux pulls et manteaux des jeunes filles. Je ne vous cache pas que ma fille a essayé de les manger mais les fils de laine qui se sont coincés entre ses minuscules quenottes l’ont bien vite découragée à ne pas les envisager comme de simples jouets. En ce qui me concerne, je les mets désormais en vente en boutique et me réjouis d’une prochaine tasse de thé en votre compagnie pour discuter de broches et autres curiosités.

Une maille endroit, une maille envers

Hé oui, c’est comme ça que l’histoire a commencé. Ma grand-mère m’avait bien appris à tricoter mais ses leçons remontaient à quelques années. Et puis l’envie m’est revenue en discutant tricot avec Jenny, au boulot. Elle m’avait promis une écharpe tricotée main puis m’a mise au défi de la faire moi-même. J’ai commencé par celle d’Eneki, puis en ai bricolé une pour moi. Résultat peu encourageant, je vous l’accorde, mais Eneki était trop petit pour parler et me donner son avis ; quant à moi, je n’ai jamais porté celle que j’avais mis tant de temps à monter. Finalement, je me suis lancée dans la confection de bonnets, écharpes, et même petits gilets. Mais ça, c’est une autre histoire. Photos à l’appui pour vous montrer mes progrès dès que je retrouve des archives !

Giboulées de mars

J’avoue que j’y ai presque cru : les primevères et les jonquilles dans le jardin, les oiseaux qui gazouillent le matin, l’herbe qui pousse dru et le soleil qui nous chauffe la nuque. Bref, ça sentait bon le printemps et on a presque eu envie, ces jours-ci, de ranger les gros manteaux et les bonnets, les écharpes et les gants… et puis on a décidé ce matin de tout se mettre sur le dos pour sortir affronter le vent glacial et les giboulées. On en a même profité pour arborer de nouveaux bonnets et ce petit béguin tricoté cet hiver était parfait pour protéger du froid la jolie tête d’Aïnhoa !