Les lingettes démaquillantes

DSC01832
DSC01827
DSC01830
DSC01825
A l’heure du zéro déchet, difficile de passer à côté de ces « disques » – carrés – qui remplacent le coton. Ces petites lingettes si pratiques et si écologiques sont, en plus, réalisées à partir de chutes diverses : éponge en bambou et cotons divers, en ce qui me concerne. Et comme j’en ai des tonnes, de ces petits bouts qu’on garde en espérant que ça serve un jour… ça tombe bien ! Lise m’en a commandé 4 jeux : 2 fleuris et 2 graphiques. Les voilà, ces petits bouts de ça.

Les tissus cirés

DSC01724
DSC01726
DSC01727
DSC01728
DSC01729
Je suis sans doute la dernière à avoir testé ! mais je voulais absolument essayer de faire ces tissus cirés qui remplacent le papier d’alu/étirable. Assez fastoche finalement – si ce n’est un fer à repasser pas mal abîmé – la technique requiert le coup de main et du bon sens ! On découpe quelques coupons de tissus en coton propres, qu’on pose sur un papier sulfurisé, puis on met dessus des billes de cire – bio de préférence – et pas trop – genre, comme sur la photo, parce qu’en fait quand ça fond, ça déborde de tous les côtés… On remet sur les billes de cire une feuille de papier sulfurisé, et on pose le fer bien chaud qui fait fondre tout ça. On étale un peu… et quand c’est bien fondu, on décolle vite le tissu pour le faire refroidir sur une grille. Ça jaunit et ça épaissit bien le tissu, évidemment. Avec cette forte odeur de cire. Et une fois refroidie, la feuille peut emballer n’importe quel aliment ! Un coup d’éponge suffit à nettoyer les traces éventuelles laissées par des aliments frais. La chaleur va faire fondre, donc pas d’eau chaude et encore moins de lave-linge. A vous de tester !

Les lingettes écolo cool

DSC01498
DSC01500
C’est pas le projet couture du siècle, mais ça a le mérite d’exister et, bonus, d’être hyper utile (et puis ça faisait troooop longtemps que j’avais envie d’en faire). Voilà de quoi remplacer les quelques (rares) disques de coton que j’utilise : du coton « nid d’abeille » + de jolies chutes de tissus = des disques écolo qui permettront de virer la crasseuse pollution que je ramène de Paris ! A vos chutes !

Brocante + Succulentes = <3

DSC01425
DSC01426
DSC01427
La saison des brocantes est arrivée, et je me régale à y dénicher des bricoles plus ou moins utiles. Cette série de miniatures en émail décorait la cuisine d’une femme à l’accent anglais adorable (et l’accent et la femme !). Le petit pot à lait était simplement indispensable. J’avais acheté quelques succulentes la semaine précédente. Le match entre les deux était parfait !

Au top !

DSC01341
DSC01338
DSC01339
DSC01337
DSC01334
Après tous ces tricots, j’avais besoin d’un peu de couture : c’est assez rapide et efficace, et en une demie-journée, on a un vêtement tout fait ! Juste avant Noël, j’avais acheté un numéro de Coudre, qui comportait tout un lot de patrons à décliner, d’inspiration japonaise actuelle. Il me restait ce coupon en lainage acheté 1 euro à la Ressourcerie, juste assez pour réaliser ce top-pull. Le mix and match était parfait ! Seul changement par rapport au patron, j’ai laissé tomber les boutonnières, car l’épaisseur de la laine allait abîmer ma vieille machine. J’ai donc cousu deux grosses pressions cachées par deux boutons anciens. Rapide et efficace, donc. Et joli ^^

Les fruits crochetés d’Alice

DSC01290
DSC01293
DSC01294
DSC01295
Quoi de plus doux et de plus chou que des fruits en laine et en coton en guise de première dînette ! Pour Miss Alice, je pratique régulièrement le crochet : après le petit agneau des 1 an, ces clémentines, fraises et citron offrets à Noël devraient l’occuper un bon moment avant que je ne complète la collection… Le mini panier en raphia ne lui permettra malheureusement pas de tout transporter d’une pièce à l’autre, mais il est parfait pour sa petite menotte.

Le body à pois

20180714_195001 (1)
20180714_194703
20180714_194724
20180714_195424
20180714_195236
« C’est quoi, un body ? » – le Mec
« Un haut cousu à une culotte » – la Belette
« … » – le Mec
Assez dubitatif quant au concept, le Mec a tout de même accepté de prendre quelques photos du body en question (un peu hard, le soleil de fin de journée ^^). Le patron est extrait du Hors-série – Modes & Travaux – « spécial Lisa Gachet » datant de l’automne dernier. Un coupon + une culotte Petit Bateau qui traînaient par-là et hop ! Le mètre de croquet doré au fond de ma boîte à rubans a trouvé sa place, lui aussi, sur le pourtour des manches. J’ai vu un peu grand pour la taille… à refaire si je trouve le temps et le courage.

Le manteau de Mère-grand revisité

DSC00460
DSC00457
Ma grand-mère m’a donné ce manteau, il y a quelques années, qui appartenait, lui, à sa mère. On peut donc calculer rapidement qu’il a près de 100 ans… Je l’ai porté longtemps, « en son jus », malgré les modes qui ne sont plus celles d’antan. Et puis le manteau doux et douillet s’est de plus en plus troué : mites ? usure ? un peu des deux, sûrement… J’ai cherché longtemps la manière dont je pouvais le réhabiliter, et j’ai trouvé l’idée dans le dernier Marie Claire Idées : broder les trous pour les sublimer au lieu d’essayer de les cacher. En guise de boutons – cassés eux-aussi – des macarons de perles donnés par une amie, et assez vintage même s’ils font bling-bling. Le manteau a désormais un nouveau look ! Plus coloré, plus argenté, un peu moins discret. Il vivra encore quelques années !

Broder des souvenirs

DSC00344
DSC00345
DSC00348
DSC00349
Il est des personnes auxquelles il est assez facile de faire plaisir. Ma mère, par exemple. Un rouge à lèvres, une paire de boucles d’oreilles, un vêtement « fait main », ou pas. Oui mais voilà, il est des cadeaux qui font encore plus plaisir. Et le souvenir en est un. J’avais donc cette photographie du jardin de mon Amachi (« grand-mère » en basque). Nous y avons vécu tant de bons moments, au milieu du linge qui sèche, du cabanon des poules et des plants de tomates. Et puis, quand nous étions petits, deux soeurs, brodeuses de métier, s’installaient toute l’après-midi sous le grand figuier pour travailler linge de maison et mouchoirs de coton. Yvonne et Madeleine vivaient dans la même maison, en face de la maison familiale. Et se déplaçaient ensemble, toujours. Et brodaient, encore et inlassablement. Elles prenaient aussi et surtout le temps de nous l’enseigner, à nous, petits enfants de passage, en vacances… Et ces après-midis font partie des meilleurs souvenirs de l’enfance. Alors le jardin d’Amachi brodé… Il vaut des points.

DD brodée

DSC00114 DSC00129
DSC00137

Il n’est pas toujours évident de faire le cadeau des UN an. Il y a toujours trop de jouets, de vêtements, un peu trop de consommation. J’aime bien l’idée que ce premier cadeau soit symbolique, reste. Alors oui, il est parfois inutile, mais j’aime à penser qu’il restera gravé dans un coin de tête, qu’il sera peut-être même conservé et ressortira du placard des nombreuses années après. Toujours est-il que l’adorable Andrée fêtait ce premier anniversaire il y a quelques jours. Ses parents sont drôles et attachés aux symboles, il fallait du concept, du jeu (de mots), du joli, aussi. J’ai décidé de broder des dés sur un mouchoir ancien déniché dans une brocante. Cela fait référence au jeu, donc, mais également à son petit surnom, Dédée. Sur une chemisette ancienne, un citron qui a la banane fera sans doute ressurgir a private joke du côté de mon frère. Un joli emballage, fignolé par les cartes numéros de chez Papier Tigre, fera le reste. C’est certainement un cadeau qui touchera davantage les parents que la fillette, mais je suis sûre que cela fait partie des présents « qui restent »…