Travaux pratiques

Les biais ne sont pas restés longtemps dans leur boîte ; ils ont vite rejoint les encolures d’un petit gilet grise mine et d’un chemisier trop sérieux, donnés par une amie la semaine dernière. Un coup de machine à coudre, quelques paillettes pour faire la liaison entre deux biais différents et déjà ça a une autre allure ! Rien de mieux, pour finir, que de remplacer les boutons, souvent trop classiques, par d’autres, trouvés sur une brocante cet été. Et c’est reparti pour une deuxième vie ! Jolie fin pour ces vêtements destinés au rebut, non ?

Des rubans de fleurs

A croire que le printemps m’a entendue et ce magnifique soleil, aujourd’hui, m’a donné envie de sortir de ma tanière. Au cours de la balade, je suis tombée en admiration devant ces rouleaux de biais, en vitrine de mercerie. Pour les novices, le biais est une sorte de ruban, une « bande d’étoffe coupée en diagonale » selon monsieur Robert, qui permet de border linge de maison, encolures et vêtements. Très souvent uni, il s’en fait maintenant dans des tissus imprimés, notamment liberty, ce style fleuri anglais si joli. Alors bien sûr, j’en ai acheté du rouge, du rose, du prune et du bariolé pour refaire une série de bavoirs et customiser les chemises et pulls trop tristes de mes placards. Mais ça, c’est une autre histoire…

A la tâche !

Aujourd’hui, je ne résiste pas au plaisir de vous annoncer que j’ai reçu ma première commande de bavoirs. Quelle chance : j’ai des copines adorables et les petits enfants ne savent pas manger proprement ! Mais savez-vous que même les taches les plus sales paraissent jolies sur de beaux tissus ? Alors si vous êtes tentés par un bavoir « fait main », contactez-moi.

Atelier peinture

Suite aux nombreux mercredis-peinture, justement, qui m’ont ruiné plusieurs nappes, j’ai décidé de réaliser des sous-mains en toile cirée. Un grand rectangle bordé de biais, et le tour est joué ! La partie n’est pas gagnée pour autant ; apparemment, peindre encore « à côté » doit être fort agréable, pour mes enfants. Mais les dégâts sont quand même limités. Quant aux multiples possibilités qu’offre la toile cirée vendue au mètre, j’y reviendrai…