Une maille endroit, une maille envers

Hé oui, c’est comme ça que l’histoire a commencé. Ma grand-mère m’avait bien appris à tricoter mais ses leçons remontaient à quelques années. Et puis l’envie m’est revenue en discutant tricot avec Jenny, au boulot. Elle m’avait promis une écharpe tricotée main puis m’a mise au défi de la faire moi-même. J’ai commencé par celle d’Eneki, puis en ai bricolé une pour moi. Résultat peu encourageant, je vous l’accorde, mais Eneki était trop petit pour parler et me donner son avis ; quant à moi, je n’ai jamais porté celle que j’avais mis tant de temps à monter. Finalement, je me suis lancée dans la confection de bonnets, écharpes, et même petits gilets. Mais ça, c’est une autre histoire. Photos à l’appui pour vous montrer mes progrès dès que je retrouve des archives !

Giboulées de mars

J’avoue que j’y ai presque cru : les primevères et les jonquilles dans le jardin, les oiseaux qui gazouillent le matin, l’herbe qui pousse dru et le soleil qui nous chauffe la nuque. Bref, ça sentait bon le printemps et on a presque eu envie, ces jours-ci, de ranger les gros manteaux et les bonnets, les écharpes et les gants… et puis on a décidé ce matin de tout se mettre sur le dos pour sortir affronter le vent glacial et les giboulées. On en a même profité pour arborer de nouveaux bonnets et ce petit béguin tricoté cet hiver était parfait pour protéger du froid la jolie tête d’Aïnhoa !

Mois-niversaire

Parce qu’il neige encore, ici, qu’il fait froid, que j’avais tricoté ce petit pull cet été puis l’avais customisé avec des paillettes et des rubans, et que ma petite dernière a trois mois ce 20 février, alors voilà, aujourd’hui, la star du blog, c’est Aïnhoa ! Un petit modèle bien joli que je vais continuer à habiller au gré des saisons et des envies.

A suivre, donc, sarouels, jupettes, robes et salopettes…