Le gâteau carottes-chocolat

IMG_3849 IMG_3850 IMG_3848

Avec ce temps, pas question de déprimer complètement et le gâteau carottes-chocolat y est pour beaucoup ! Je fais souvent celui-ci, tout le monde l’adore ! Je n’ai pas eu le temps, cette fois, de prendre une photo de l’intérieur. Il a été englouti en moins de deux ! J’ai revu une recette trouvée dans un livre de cuisine végétarienne ; la voici.
Mélanger 130 grs de farine + 1 cuillère à café de levure + 150 grs de sucre de canne + 1 pincée de sel + 1 cuillère à café de cannelle + 2 carottes rapées + pépites de chocolat (selon votre gourmandise) avec 2 oeufs légèrement battus + 90 grs de beurre fondu. Mettre dans un moule puis 40 minutes (environ) au four, à 180°. C’est cuit quand la pointe du couteau ressort sèche du gâteau.
Et en dégustant le gâteau, bien au chaud, allez jeter un oeil sur la Boutique de la Belette, passée depuis peu sur Etsy. C’est ici : https://www.etsy.com/fr/shop/BoutiquedelaBelette

 

Le top (en entier !)

FullSizeRender[2] FullSizeRender[1] FullSizeRender[2] FullSizeRender FullSizeRender[1]

Début juillet, j’ai craqué sur ce modèle, en solde, chez We are Knitters. Après avoir calculé le nombre d’heures que j’allais passer en voiture/train/avion pour aller d’un point à un autre, j’étais motivée à tricoter sans relâche, et persuadée que j’allais le finir rapidement pour le porter en vacances. Mais… il m’a bien fallu l’été pour le tricoter, ce top en coton jaune pétard : le point de riz, c’est long, le point ajouré, c’était pas gagné, et j’ai bidouillé quelques mesures pour bien l’ajuster… J’ai tenu, rien lâché, je me suis donc dit que j’allais le porter à la rentrée, bronzée et reposée – genre « ce sera l’été indien, il fera beau, on continuera à porter des vêtements légers, on traînera le soir, tard, bref, chaleur et volupté ». Oups, râté. La grisaille et le froid nous ont rattrapés et le top en coton n’est malheureusement pas assez chaud pour égayer les couloirs de métro. Qu’à cela ne tienne, je le range bien au chaud pour l’été prochain et attaque direct le Martina Cardigan, bien plus de saison !

Retour en Grèce

IMG_3250 IMG_3271 IMG_3309 IMG_3398 IMG_3457 IMG_3473 IMG_3575 IMG_3687 IMG_3692

Comme tous les ans, c’est en Grèce que nous nous ressourçons chaque été. Cette année, nous avons fait escale à Athènes pour visiter l’Acropole et son musée. Nous avions trouvé un appartement à la déco vintage tout près du monument via Airbnb. Au top ! C’est agréable de rentrer le soir dans un lieu habité et empreint d’une vraie personnalité. Les quartiers de Plaka et Monastiraki, pourtant très touristiques, commençaient déjà à se vider, fin août, et nous ont semblé très agréables pour dîner, le soir. Puis direction l’île de Sifnos. Baignades, randonnées, tavernes et lecture, c’est le programme idéal sur cette merveilleuse petite île, réputée pour ses sentiers de randonnées et ses potiers. La seule originalité de notre séjour, cette fois, a été l’excursion jusqu’à la magnifique baie de Fykiada : nous avons marché près de 4h pour nous baigner dans une petite crique sauvage d’une grande beauté. Sinon, de l’avis familial général : surtout ne rien changer au rythme immuable… Nous avons nos adresses et nos habitudes, nos tavernes et nos Grecs préférés, avec mention spéciale pour Yannis le boulanger.

Le demi-top

IMG_3227 IMG_3226 IMG_3225
Certes certes, un mois pour tricoter un demi-top, ça fait longuet… il faut dire que j’ai craqué, en début d’été, sur ce modèle, chez We are knitters. Je me suis dit « chouette, du coton, du point ajouré – jamais fait – bref, un petit défi à réaliser ». Malheureusement, je n’ai pas eu le loisir de jouer avec mes aiguilles à longueur de journée depuis la mi-juillet. Je compte sur les quelques jours en Grèce pour avancer ; il sera peut-être prêt pour l’été prochain, sait-on jamais ^^ A suivre, donc.

Le Crozet

IMG_3038 IMG_3041 IMG_3042 IMG_3048 IMG_3080IMG_3085 IMG_3117 IMG_3129

Les vacances au Crozet, c’est renouer avec la nature, le rythme de la journée, les histoires de Pépé et Mémé, leurs envies et leurs soucis, qui ne sont absolument pas ceux que l’on rencontre en ville. C’est aussi les tablées familiales autour d’oeufs coque et de gigantesques plateaux de fromages. C’est surtout, une fois par semaine, la virée à Emmaüs pour déposer quelques sacs de fringues et objets, puis racheter autant de trésors qui, sans doute, repartirons l’été suivant. Les vacances au Crozet, c’est se retrouver, de temps en temps, dans de belles images de Depardon. Les vacances au Crozet, c’est sacré.

DD brodée

DSC00114 DSC00129
DSC00137

Il n’est pas toujours évident de faire le cadeau des UN an. Il y a toujours trop de jouets, de vêtements, un peu trop de consommation. J’aime bien l’idée que ce premier cadeau soit symbolique, reste. Alors oui, il est parfois inutile, mais j’aime à penser qu’il restera gravé dans un coin de tête, qu’il sera peut-être même conservé et ressortira du placard des nombreuses années après. Toujours est-il que l’adorable Andrée fêtait ce premier anniversaire il y a quelques jours. Ses parents sont drôles et attachés aux symboles, il fallait du concept, du jeu (de mots), du joli, aussi. J’ai décidé de broder des dés sur un mouchoir ancien déniché dans une brocante. Cela fait référence au jeu, donc, mais également à son petit surnom, Dédée. Sur une chemisette ancienne, un citron qui a la banane fera sans doute ressurgir a private joke du côté de mon frère. Un joli emballage, fignolé par les cartes numéros de chez Papier Tigre, fera le reste. C’est certainement un cadeau qui touchera davantage les parents que la fillette, mais je suis sûre que cela fait partie des présents « qui restent »…

Reine-Claude

DSC00132
DSC00136
DSC00140
DSC00142
Certes certes, la Belette a disparu de la toile, dirait-on. On ne peut pas être au four et au moulin, hein, et mes projets professionnels m’ont pris toute mon énergie, ces temps. Les vacances arrivent, néanmoins, et l’envie, évidemment, de retourner au moulin. J’ai un tricot en cours, pas assez avancé pour en faire des photos, des coupons de tissus en pagaille qui n’attendent qu’à devenir pochettes, des broderies, des idées en tête… Le quotidien me rattrape aujourd’hui encore : c’est 5 kgs de Reine-Claude qui dégringolent de l’arbre au fond du jardin ; 15 pots de confiture et autant de rangs de tricot en moins. Je sais pourtant que nous serons contents, cet automne, d’ouvrir ces pots plein de la chaleur de l’été.

Tawashis, mode d’emploi

DSC00086 DSC00089 DSC00090

Alors les Tawashis, késaco ? Ce sont de petites éponges que l’on tricote ou que l’on crochète. C’est, semble-t-il, une excellente alternative à l’éponge que l’on achète, d’autant que celles-ci passent en machine à laver sans problème. J’ai crocheté les miennes en tâtonnant, à partir de fil trapilho, ce gros fil en jersey de coton. Avec un crochet 15, j’ai monté une chaîne de 8 mailles, puis réalisé des mailles serrées en faisant une maille en l’air en début de chaque rang. Ceci sur 8 rangs. Une boucle pour accrocher l’éponge au crochet de l’évier, et le tour est joué ! Il faut ensuite s’habituer à délaisser l’autre éponge, et sur ce point, je n’ai pas encore beaucoup avancé ^^

Waaahhh, la jupe en Wax

DSC09870

DSC09874

DSC09872

Lorsque Miss Célia m’a parlé de coupons de wax à prix canon, j’ai tout de suite visualisé la jupe de l’été : colorée, à gros motifs, avec cette ampleur caractéristique à ce coton épais. Lorsque j’ai vu le motif, j’ai su que j’allais faire (encore) une jupe midi de chez Vanessa Pouzet. C’est la longueur idéale, la coupe parfaite… et juste la troisième que je couds dans ce modèle, autant dire qu’en une après-midi, c’était bouclé ! Petit bonus : le passepoil doré sous la ceinture.
Le soleil est là, je vais pouvoir tout de suite la porter.

Blanche

DSC09691
DSC09692

Blanche a pointé le bout de son nez il y a quelques jours à peine, au moment même où les cerises commençaient à mûrir. Blanche doit avoir la peau douce et les yeux bien souvent fermés, encore. J’espère qu’elle les ouvrira, toutefois, au son des gazouillis du printemps et qu’elle aimera cet ensemble de tissus graphiques et colorés : un nuage d’oiseaux noirs, un lange d’oiseaux lumineux, et, pour la maman, Colombe, une broche fleurs colorée. Bienvenu, Blanche : tu arrives au meilleur moment de l’année !